Sécurité et loisirs en banlieue

Comme beaucoup, j’ai appris qu’au Blanc-Mesnil, un disc-jockey a été passé à tabac par un groupe d’hommes parce qu’il leur avait refusé l’entrée à une soirée privée.

Cet acte est tout simplement inqualifiable. Une nouvelle fois, elle interroge sur la sécurité dans les quartiers sensibles. En effet, je m’inquiète de plus en plus de l’inefficacité des politiques menées jusqu’à présent, qu’elles aient été de gauche hier, de droite aujourd’hui face à cette problématique. Cela mine terriblement la manière dont nous pouvons concevoir la République.

Ce fait divers pose aussi la question de l’accès aux loisirs pour les jeunes dans les quartiers difficiles. Que ce soit au Blanc-Mesnil, à Aulnay-sous-Bois, ou d’autres communes de banlieues, l’offre de divertissement est extrêmement limitée. De plus, il est regrettable que par leurs agissements des idiots nuisent à ces établissements.

Leur public se limitent à des jeunes du secteur ou d’une communauté. Il ne faut pas que celui-ci s’y rende avec crainte ou qu’ils se résignent à ne plus s’y rendre. En effet, les quartiers populaires se résument le plus souvent à des cités dortoirs où ne subsistent que quelques commerces. Or, il importe que la vie retrouve toute sa place dans ces quartiers, que ce soit par une diversité d’offre en terme de commerces, de services ou des lieux de divertissements.

Il est fort dommage que les habitants de ces quartiers ne disposent pas d’endroits où se détendre et se divertir à proximité. Dès lors, quand il y en a, nous devons assurer la sécurité du bâtiments et des personnes qui le fréquentent ou qui y travaillent.

Faute de cela, les jeunes se replient vers les établissements de la capitale. Mais, une mauvaise réputation s’est constituée suite à tous ces faits divers conjuguée à des préjugés tenaces les empêchent d’y accéder. On peut donc faire autant de testing que l’on veut, mais il ne faut pas s’étonner que les discothèques parisiennes veuille assurer la sécurité de leur public.

L’accès à une offre décente de lieux de divertissements est une des composantes essentielles au Grand-Paris, afin que chaque habitant puisse en trouver au sein de l’agglomération de trouver au delà de l’intra-muros.

Jérôme Charré

Cette entrée a été publiée dans Aulnay-sous-Bois, France, Ile-de-France, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.