Aulnay est souvent présenté comme un petit village. Il y en a plusieurs, en fait. Mais, il s’agit d’un petit monde. Et le monde est encore plus petit quand on a été pendant plus d’une dizaine d’années engagé citoyen, associatif et politique. Ainsi, souvent lorsque je circule dans ma ville, je croise des élus, des anciens élus, des militants, des associatifs. C’est toujours des moments plaisants. Si, il y a encore quelques mois, on m’évoquait 2014. Maintenant, on me dit de penser à 2020. Qu’en penser ?

Les municipales de 2020, c’est encore assez loin. C’est dans un peu plus de 2 ans. On évoque même un report à 2021. Mais, ça peut vite arriver.

J’ai passé plus d’une dizaine d’années à consacrer beaucoup de temps et d’énergie à porter des valeurs, une conception des choses, des idées. Lorsque les dernières municipales ont eu lieu, je m’étais dit qu’après quelques tentatives infructueuses, ce pouvait être la bonne. Je m’étais dit que je pourrai enfin appliquer mes idées et faire des choses pour mes concitoyens. Mais, les aléas du direct et surtout les accords politiques en ont décidément autrement. J’ai été déçu, mais je n’en tire aucune rancoeur.

Deux ans auparavant, je m’étais lancé dans une candidature aux élections législatives. La démarche était bien lancée. Le mandataire financier prêt, les conditions financières quasi réunies, les photos de candidats prêtes, les argumentaires presque finalisés. Mais, comme je l’ai évoqué dans une précédente note, un événement est venu stopper net ce projet. De fait, j’ai disparu des radars. Le temps de gérer une situation personnelle exceptionnelle et incompatible avec une campagne électorale. Ma volonté d’engagement en a clairement dès lors clairement pris un coup. Après des années à penser aux autres, je me suis concentré sur moi.

Les épisodes malheureux étant passés, j’aurai pu revenir dans le jeu. Au vu des résultats nationaux, il y avait une fenêtre plus que favorable. Mais, entre temps, mes préoccupations n’ont plus été forcément les mêmes qu’avant. D’un côté, mon travail par la variété des sujets à traiter et la possibilité de voir que l’on sert à quelque chose me plait. De l’autre, il y a la volonté de construire ma vie, de fonder un foyer, de prendre le temps de s’épanouir.

Pourtant je m’intéresse toujours à la vie locale. Je suis l’évolution du paysage politique local. Aujourd’hui, tout cela me paraît encore flou. Il faut encore un peu de temps pour que les choses se construisent. J’ai connu l’expérience de créer quelque chose de nouveau avec des personnes issues de sensibilités différentes et je dois dire que c’est loin d’être évident. De l’autre côté, je regarde ce que fait la majorité municipale en place depuis 2014. Vu de ma fenêtre, il manque une vision de la ville dans 10, 15, 20 ans. Ca me semble de plus en plus brouillon. J’attends d’une équipe municipale, et d’un maire, que l’on sache où l’on va en termes d’urbanisme, de qualité de vie, de développement économique, etc. Or, soit on voit des sujets lancés contre vents et marées pour finalement rebrousser chemin comme si de rien n’était. Soit, l’action est trop centrée sur quelques micro-quartiers. Soit, pire encore, la communication qui est faite est extrêmement mauvaise.

Pour ma part, je reste réservé. 2020, c’est encore loin. D’ici là, j’aurai avancé sur mes projets et atteint mes objectifs : obtention du permis de conduire, achat d’une voiture, installation dans mon appartement, publication de mon premier roman, etc. Si l’on me convainc d’un véritable projet pour ma ville, alors je suis partant. Si l’on me convainc, non pas pour faire de la figuration sur une liste, mais que l’on me permet d’agir sur des sujets que je connais ou qui m’intéressent, alors je suis partant.

Share This