Philippe Lacheau et sa bande étaient attendu au tournant dans l’adaptation d’un des plus célèbres animés vus par une génération de trentenaires, dans l’émission Club Dorothée. Au fur et à mesure de l’avancée du projet, certains étaient impatient de voir cela, tandis que d’autres étaient déjà prêts à lui tomber dessus. Finalement, pari réussi ?

Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

Le scénario est fidèle à l’esprit du manga, même s’il est assez mince. Pour autant, il tient la route. La transposition de l’univers en région parisienne et à Monaco ne choque pas énormément car l’ambiance de Nicky Larson est bien présente tant dans les moments d’action que ceux d’humour et de charme. Les musiques accompagnent facilement ces différents moments tout en collant bien à l’univers.

Le film est drôle. Les situations comiques sont bien agencées, parfois elles reprennent l’humour de La bande à Fifi, parfois des références au manga, et même à cet univers Club Dorothée. Ces références sont dans l’ensemble bien trouvées, bien amenées avec souvent le caméo qui va bien. Un premier visionnage permet d’en repérer plusieurs, mais un second permettra sûrement d’en découvrir d’autres.

Le casting principal s’avère fidèle et drôle. Philippe Lacheau s’est bien transformé en Nicky Larson par son look, sa coupe de cheveux ou sa prise de muscle. Il oscille bien entre le côté pervers et le côté ultraprofessionnel du personnage. Elodie Fontan campe avec efficacité son associée Laura. Elle rend bien les échanges avec son complice. Julien Arruti est définitivement le personnage bien coincé, figé dans le temps, qui se révèle par un événement inattendu. Kamel Guenfoud est très bon en Mammouth, l’adversaire de Nicky. En revanche, Didier Bourdon n’a pas l’air d’être dedans. Si ce n’est pas dérangeant en soi, ce sont les mêmes mimiques depuis Les Trois frères. Enfin, Tarek Boudali est fidèle à lui-même, drôle dans ces situations improbables.

Nicky Larson et le parfum de Cupidon ne laisse pas aux spectateurs le temps de s’ennuyer. On passe d’une scène d’action à une situation comique, en passant par une référence et/ou un caméo sur un bon rythme. Les scènes d’action sont particulièrement réussies. De même, les choix de mise en scène sont souvent judicieux.

Pour autant, le film comporte quelques faiblesses. Le personnage de Pancho ne sert pas au scénario et sa présence peut paraître très lourde à un moment. Il y a quelques effets qui sont répétitifs passés l’effet de surprise. Les premières minutes ou plus loin la scène du club en sont un exemple.

Cependant, Nicky Larson et le parfum de Cupidon est clairement un film de fan. Le résultat est fidèle à la série animée et à ce qu’on a pu voir enfant dans le Club Dorothée. Comédie policière drôle, pétillante et originale, e film est une adaptation réussie. Philippe Lacheau a réalisé une madeleine de Proust qui fait honneur à ce manga.

Share This