Ancien adhérent de l’UDF, puis du Mouvement Démocrate de 2002 à 2016, j’ai décidé de soutenir la candidature à la Présidence de la République d’Emmanuel Macron et de rejoindre le mouvement « En Marche ! ».

Ce choix s’inscrit dans la continuité de mon engagement politique. En effet, je reconnais en Emmanuel Macron un air de François Bayrou de 2002, 2007 et 2012. L’ancien ministre de l’Économie a cette capacité à fédérer au-delà de l’ancien clivage entre la droite et la gauche, cette force à rassembler des sociaux-démocrates, des radicaux, des centristes, des républicains modérés et des personnalités de la société civile.

Beaucoup de similitudes existent entre « En Marche ! » et le Mouvement Démocrate de 2007-2008. Il y a cette même volonté de constituer un mouvement de citoyens actifs, de créer une relève des hommes, des femmes et des pratiques politiques, de créer une force centrale dans la vie politique française.

Je me retrouve également non seulement dans la démarche mais aussi dans les idées défendues par Emmanuel Macron : considération de l’Europe comme une solution et la source de nos problèmes, désir de favoriser l’innovation et la relance de notre économie tout en sauvegardant notre modèle social, vision d’une laïcité soucieuse de préservation de notre cohésion nationale, approche équilibrée et indépendante de la diplomatie française, volonté de donner la priorité à une éducation nationale à la fois plus juste et plus efficiente, intégration des enjeux environnementaux dans l’élaboration des politiques publiques, etc.

Aujourd’hui, force est de constater qu’Emmanuel Macron est en capacité de réussir ce pari qu’a failli réussir François Bayrou en 2007 : atteindre le second tour de l’élection présidentielle et le remporter. Une puissante dynamique est en marche. D’une part, plus la campagne avance, plus les tirs se concentrent sur lui, montrant ainsi qu’il est l’animateur de cette campagne. D’autre part, de plus en plus de Français adhèrent à sa démarche et soutiennent sa candidature. Les succès de ces meetings et l’ambiance qui y règne traduisent cet engouement.

Ni la droite ni la gauche n’ont su, pu ou voulu, au cours des dernières décennies, relancer la dynamique économique, réformer le pays pour réellement préserver le modèle social. Les candidats actuels pour 2017, de droite ou de gauche, ont toujours avec eux des catalogues de mesures dont on sait d’avance qu’ils ne les appliqueront pas. Comme de nombreux Français, je n’ai pas confiance dans ces candidats qui n’ont fait que de la politique dans leur vie, qui ne connaissent presque rien de la vie de leurs concitoyens, et qui, lorsqu’ils ont eu la chance de pouvoir gouverner, ont tergiversé ou renoncé. Ces candidats, politiques de métier, sont champions pour conquérir le pouvoir, mais quand il s’agit d’agir, s’en révèlent incapables, transparents ou mauvais.

Notre système politique, avec ses extrêmes qui nous entraîneraient dans le vide, et ses deux partis de gouvernement incapables de se transformer face aux défis du monde moderne, est à bout de souffle. Il faut une révolution civique, une fédération des compétences, un rassemblement au-delà des vieux clivages, une analyse et des solutions pragmatiques.

Je considère qu’Emmanuel Macron incarne ce renouveau dont la France a besoin. Je lui apporte mon soutien.

Jérôme Charré

 

 

Share This