Six ans après le deuxième volet, Mafia III est sorti début octobre. Après l’ambiance des années 1940 et 1950 d’Empire Bay, inspirée de New York et San Francisco, l’action se déroule à New Bordeaux à la fin des années 1960. Le personnage principal, Lincoln Clay, est de retour de la guerre du Viêt Nam. Il découvre que sa famille d’adoption a été massacrée par des mafieux. Il cherche dès lors à se venger.

Parmi les réussites de ce Mafia III, on peut saluer l’ambiance. Les développeurs ont réussi à reproduire le climat qui régnait aux Etats-Unis, et en particulier à La Nouvelle-Orléans. Les questions raciales et le débat sur la guerre du Viêt Nam sont bien soulevés dans l’histoire. A cette époque, Martin Luther King vient d’être assassiné et les protestations anti-guerre sont nombreuses.

La ville est bien modélisée dans l’ensemble des quartiers, même s’ils auraient pu être plus vivants. Les musiques présentes sur trois radios sont bien choisies et ajoutent à l’atmosphère de l’époque. Les véhicules sont nombreux et variés.

Le scénario de ce Mafia III est intéressant. Ses débuts sont prometteurs, mais par la suite, il devient plus convenu. On s’attache assez vite à Lincoln Clay, qui n’est pas qu’un homme épris de vengeance. Les lieutenants de Lincoln sont également sympathiques. On a plaisir à retrouver Vito Scaletta de Mafia II et à découvrir Cassandra et Burke. En répondant à leurs attentes et leur attribuant des quartiers, ils seront d’une aide précieuse. Les antagonistes constituent une galerie de personnages diverses.



Mafia III – Trailer officiel (en anglais)

Mais, le principal défaut de Mafia III est son côté répétitif. Peu importe la trame de la mission ou l’antagoniste, les objectifs se ressemblent trop souvent et les moyens d’y parvenir. A 95% du temps, vous devrez interroger ou tuer des hommes de main, détruire des caisses, voler des voitures, camions ou bateaux, et éliminer les sbires. Les 5% du temps restants, les missions sont plus intéressantes puisqu’il s’agit d’arriver à atteindre le capo ou ses colonels. Il est regrettable que pour boucher les trous, le choix pris a été de multiplier à gogo la même mission.

Enfin, le jeu souffre de quelques bugs. Il s’est interrompu de manière inopinée quatre fois au cours de mes différentes parties. De temps à autre, des personnages non jouables, des voitures ou des assistants se sont retrouvées bloqués dans le décor ou disparaissaient de manière inattendue. Aussi, l’affichage des décors est décevant. Si vous avez une voiture assez rapide, le décor s’affichera à quelques dizaines de mètres devant et derrière le véhicule.

Mafia III ressemble malheureusement à de nombreux jeux actuels. Il souffre de défauts d’une finition semble-t-il bâclée qui se résout au moyen de patchs. C’est bien dommage, il aurait pu constituer une belle alternative à Grand Theft Auto V.

Note finale : 3/5

Jérôme Charré

Share This