Le bus Saddaka traduit un manque criant de restauration aux abords des lycées d’Aulnay

Depuis lundi, l’association de réinsertion Saddaka a installé un bus de restauration rapide aux abords du lycée Jean Zay, avec l’autorisation du maire. Celle-ci a provoqué le mécontentement du responsable des parents d’élèves qui auraient donné un avis défavorable au cours d’un conseil d’administration du lycée. De son côté, le proviseur-adjoint s’est montré dubitatif quant à la complémentarité de ce resto-bus avec la cafétéria du lycée.

Une campagne de communication s’est donc lancé de la part de la majorité municipale pour vanter sa décision, qui une nouvelle fois est celle du fait accompli. Ainsi, de manière amusante, le maire indique s’y être rendu avec ses adjoints Miguel Hernandez et Nicole Siino. Le même Miguel Hernandez évoque la même visite, mais sans mentionner le maire.

Les parents d’élèves s’inquiètent que l’implantation de ce bus amène une population plus importante que celle du lycée et du collège voisin, et conduise notamment à un accroissement des vols et rackets. A mon sens, la mairie doit faire une évaluation d’ici quelques mois afin de vérifier si ces risques se sont ou non vérifiés. La présence d’adultes à l’extérieur du lycée n’est pas une mauvaise chose en soi.

Toutefois, l’implantation du bus Saddaka traduit un manque flagrant de restauration aux abords de nos deux lycées. En effet, le lycée Jean Zay comme le lycée Voillaume se trouvent en périphérie de la ville, peu éloignés l’un de l’autre. Ils n’ont pas à proximité une offre de restauration même minime.

Je considère qu’il faut réfléchir à développer une offre commerciale et de restauration de proximité non éloignés de ces établissements. Ainsi, dans le cadre du projet des Chemins de Mitry-Princet, il peut être envisagé de favoriser l’installation d’un café ou d’un snack près du lycée Voillaume. De même, aux abords du lycée Jean Zay, l’espace est moins propice à ce type d’installation, mais il faut également étudier la question.

Aussi, ces équipements pourront être créés ou gérés par des personnes en réinsertion ou des jeunes qui en ont envie. Grâce à cela, nous pourrons donner plus de vie dans les quartiers qui les environnent tout créant plus de lien social.

Jérôme Charré

Cette entrée a été publiée dans Aulnay-sous-Bois, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

6 commentaires à Le bus Saddaka traduit un manque criant de restauration aux abords des lycées d’Aulnay

  1. petit louis dit :

    Jérome , je te concède que quand on est lycéen ,on veuille éviter la restauration du lycée certains jours.
    mais c’est pas tant un criant désert que ça dans ce coin. sans faire le vieux machin, moi qui ai écumé les deux, de lycées, de mon temps on marchait un peu jusqu’au soleil levant (http://bit.ly/reZCdL), et sa boulangerie ! ou au café vert désormais Ormeteau à coté duquel se trouve une Pizzéria (http://bit.ly/pAGNfH)
    Et il existe aussi une sandwiche-rie (http://bit.ly/noqgsM) devant le collège Pain levé

    Certains collégiens du Parc grimpent bien jusqu’à la gare pour manger un Grec, qui parait-il est fameux , les lycéens actuels seraient-ils mal chaussés ?

    • De mon temps, aussi, on marchait vers le Soleil Levant ou la Gare.
      Il faut savoir qu’Aulnay comporte une vingtaine ou une trentaine de restaurants, et ils sont éparpillés sur tout le territoire. On pourrait faire en sorte qu’il y en ait plus pour que notre ville ne soit pas qu’une ville dortoir.

      Ainsi, inciter au développement de ce type d’offre contribue au développement local. Il vaut mieux s’y prendre maintenant que quand PSA aura fermé boutique.

  2. Jean Louis KARKIDES Fcpe j.Zay dit :

    Y a t’il vraiment besoin d’un lieu de restauration à 50 mètres de la cafétéria du lycée?
    Admettons,ne pourrait il pas servir autre chose que ce que diététiciens , la plupart des parents, et beaucoup d’autres essaye de bannir des assiettes de nos enfants.
    Une étude a montré que l’implantation d’un lieu type »fast food »près d’ un établissement scolaire augmentait le risque de surpoids des jeunes.
    Je vous rejoins sur le fait de la désertification de cet endroit et par la même son insécurité .
    Pourquoi pas un petit chapiteau dans la quelle une association aiderait les jeunes scolairement,une école du cirque?…….
    Des idées à creuser ENSEMBLE.
    Une réunion avait eu lieu l’an dernier sur la sécurité ,nous avions fait des propositions,pas une n’a vu le jour’

    • Je pense qu’il y a non pas un besoin, dans le sens où il y a déjà le restaurant et la cafétéria du lycée, et le déjeuner à la maison.
      Auparavant, on appréciait de se restaurer tout le temps au même endroit. Aujourd’hui, un jour, on veut déjeuner chinois, le lendemain, salade, le surlendemain, encore autre chose. Les habitudes ont changé. Dès lors, selon un principe employé par McDonald’s, Subway et consorts, lorsque l’on développe l’offre, on augmente la fréquentation.
      Ensuite, mon idée vaut surtout pour les chemins de Mitry-Princet, puisque la restauration s’adresserait non seulement, mais à tous les publics.
      Pour le secteur du lycée Jean Zay, l’espace est moins propice à ce type de développement local.
      Mais, l’idée que vous suggérez peut être à creuser ensemble. Je suis disponible pour en discuter de vive voix.

  3. Laurent Comparot dit :

    On n’a pas tous eu la chance d’avoir une enfance aulnaysienne mais dans mes années lycée seuls des kapos et des miradors m’auraient empêché de faire le mur et de filer au bistrot.
    Il y avait installé un super jeu : Space Invaders, un jeu vidéo avec des cubes verdâtres qui attaquaient d’autres cubes verdâtres.
    Et on n’en est pas mort !