En ce moment, il y a deux films avec deux acteurs espagnols que j’apprécie, Escobar et Everybody knows. Après réflexion, c’est  la douceur hispanique qui a été privilégiée au détriment de la biographie du célèbre narcotrafiquant.

Eveybody knows raconte notamment l’histoire de Laura revenant avec ses enfants dans son village natal, à l’occasion du mariage de sa soeur. Mais, ces retrouvailles vont être perturbées par des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui.

Si j’ai déjà vu plusieurs films avec Penélope Cruz et/ou Javier Bardem, il s’agissait de mon premier d’Asghar Farhadi. Pour cette première j’ai été séduit par cette culture rurale espagnole. Ce petit village viticole avec ses petites rues, sa grande place, son église, ses gens aux fenêtres et au bar nous permet de quitter pendant une poignée de minutes notre stress urbain. Les couleurs, les ambiances sont bien retranscrites. Toutefois, cette culture aurait pu être plus développée dans le film. Elle n’apporte pas de véritable élément discriminant par rapport à un autre lieu. L’action aurait pu finalement se passer dans n’importe quel village méditerranéen.

Les acteurs excellent dans cette intrigue. Penélope Cruz est à son aise dans ce rôle de mère de famille expatriée qui retourne au pays et qui doit affronter ces péripéties. Javier Bardem est également impeccable en propriétaire viticole, ami de la famille de Laura. Les seconds rôles sont également brillants. Ricardo Darin apporte un léger grain de folie et de faiblesse. Eduard Fernandez est très bon en beau-frère, qui semble en avoir plus que ce qu’il en montre dans son petit hôtel. Enfin, Barbara Lennie et Inma Cuesta se révèlent prometteuses.

Le point de départ d’Everybody knows est intéressant même si ces événements qui viennent perturber le mariage de la soeur de Laura sont relativement classiques. Ils auraient mériter que le cadre de ce petit village viticole soit un acteur à part entière du scénario, qu’il imprime véritablement cette intrigue. En effet, de façon évidente, ce type d’intrigues souvent sujet à reprise par les petites organisations sociales et deviennent sources de commérages, de vengeances, de secrets révélés. D’ailleurs, la révélation finale est amenée hors de propos du reste du film. Elle arrive comme un cheveu sur la soupe, sans que le lien avec le reste du scénario ne soit construit même discrètement.

Il en ressort tout de même qu’Everybody knows est un bon film, agréable à regarder, malgré quelques longueurs et quelques côtés un peu hachés. Il mérité d’être vu au moins pour le duo Cruz-Bardem et pour le cadre.

Share This