Le musée du quai Branly propose une exposition sur les enfers et les fantômes en Asie. A travers l’art religieux, le théâtre, le cinéma, le manga ou la création contemporaine, une plongée dans un monde issu de traditions mais encore bien présent aujourd’hui.

L’exposition propose un large éventail de supports ayant trait aux enfers et aux fantômes : peintures bouddhiques, estampes, manga, films d’horreur, costumes, etc. Le culte des esprits, des génies et des fantômes est présent en Asie depuis des siècles. L’engouement populaire est toujours d’actualité et se perçoit dans les productions actuelles.

Le culte des esprits, des ancêtres et des génies est antérieur au bouddhisme. Il a perduré ensuite avec le bouddhisme qu’il soit theravada ou mahayana. S’inscrivant dans la théologie bouddhique, esprits et fantômes constitueraient une attente des âmes entre deux réincarnations. Son culte imprègne ainsi la société asiatique, son imaginaire et ses représentations.

L’exposition proposée par le musée du quai Branly jusqu’au 15 juillet 2018 est fort intéressante en ce qu’elle montre de la représentation de ce culte ancien dans les sociétés asiatiques actuelles. Toutefois, elle s’attarde beaucoup sur la Chine et le Japon, un peu sur la Thaïlande, et moins sur les autres pays de cette région. Enfin, une meilleure perspective sur le culte des ancêtres et des génies protecteurs aurait pu être développée.

 

Share This