2012: « Ensemble, nous pouvons tout affronter pour regarder l’avenir avec confiance »

Chères amies, chers amis,

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2012, aussi bien dans votre vie personnelle que professionnelle.

Je souhaite à celles et ceux qui, en 2011 ont rencontré des difficultés ou des inquiétudes que 2012 s’annonce bien plus douce.

2011 s’achève. Cette année s’est révélée éprouvante. La situation économique et sociale s’est dégradée. La France, l’Europe et les pays dits développés sont sous la menace de dégradation des agences de notation en raison du poids écrasant de leurs dettes publiques.

2011 a aussi été une année passionnante. En effet, partout dans le monde, grâce aux réseaux sociaux, des mouvements de mobilisation spontanée ont vu le jour : le printemps arabe a permis de faire quitter le pouvoir des dictateurs, le mouvement des Indignés de la Puerta del Sol ou de Wall Street a surpris les décideurs.

Je souhaite que 2012 permette à la France de s’éveiller et de s’indigner. Et ce au bon sens du terme. Retroussons nos manches et affrontons ensemble les difficultés qui nous paraissent insurmontables. Elles seront vite derrière nous, et nous pourrons regarder l’avenir avec confiance.

Pour cela, nous devons savoir dans quel sens diriger nos efforts. Trois grandes questions seront à aborder: comment réduire notre déficit et notre dette publique ? Comment préparer notre avenir ? Comment redonner confiance en la politique ?

Tout d’abord, pour réduire notre dette, un grand soir fiscal s’impose. Une optimisation des dépenses est nécessaire, mais insuffisante. Nous devons stimuler notre croissance, notre compétitivité. Cela passe par le combat de reconquête de la production en France, qu’elle soit industrielle, agricole, culturelle, artistique, commerciale, touristique et enfin de services. Moins il y aura de production, moins il y aura d’emploi, et de ce fait, et nous ne pourrons réduire notre dette et garantir l’Etat-providence.

Ensuite, nous devons faire de l’éducation une priorité en sanctuarisant ses moyens. C’est là que se trouve la clé de notre avenir. Pour cela, il faut revaloriser notre école et ceux qui la font. Nous devons permettre à tout élève qui entre au collège de savoir lire, écrire et compter. Nous devons améliorer le dépistage des troubles de l’apprentissage. Nous devons assurer à chaque adolescent une formation qui lui permette de s’épanouir et de trouver un emploi. Nous devons redonner une formation de qualité pour les futurs enseignants. Nous devons enfin redonner à l’école son rôle d’ascenseur social, redonner sens à l’école de la République.

Enfin, il importe que le citoyen se sente acteur à part entière de notre vie démocratique. Nous devons lui redonner son droit à la responsabilité, à la compréhension de ce que nous vivons. Dans le même temps, ses représentants doivent être exemplaires et accessibles.

Comme le disait Marc Sangnier, la démocratie est l’organisation sociale qui porte à son maximum la conscience et la responsabilité des citoyens. Ces derniers doivent prendre en main leur propre destin, tant au niveau national que local.

Les enjeux, qui se posent à la France, se retrouvent à l’échelle d’Aulnay-sous-Bois. Le sort de l’usine PSA concerne tous les Aulnaysiens, et au-delà. Malgré les appels à la bonne foi, la crainte que l’un des moteurs de notre économie locale disparaisse doit tous nous mobiliser.

Nous devons nous retrouver afin de conserver notre outil de production sur notre territoire. Nous devons nous rassembler afin de développer notre économie locale et de la diversifier.

Plutôt que d’agir au coup par coup, de mettre les citoyens devant le fait accompli, de les dresser les uns contre les autres, un autre chemin est possible.

Aulnay dispose de nombreux atouts. Notre population est jeune, dynamique et créative. Notre ville est située près de pôles majeurs de notre région. Les énergies et les talents sont là. A nous de les mettre enfin en valeur !

Si nous nous mobilisons ensemble, peu importe nos conditions de vie, nos origines, nos confessions religieuses, nous pouvons affronter les difficultés de notre pays et répondre aux enjeux qui seront ceux de notre pays et ceux d’Aulnay.

C’est à ce prix que nous ferons de 2012, une année belle et bonne pour chacun d’entre nous.

Jérôme Charré

Cette entrée a été publiée dans Aulnay-sous-Bois, Europe, France, Monde, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 commentaires à 2012: « Ensemble, nous pouvons tout affronter pour regarder l’avenir avec confiance »

  1. democradirect dit :

    Vous dites « il importe que le citoyen se sente acteur à part entière de notre vie démocratique. » Que pensez-vous de l’idée d’introduire un véritable droit de référendum d’initiative populaire. Pour commencer au niveau constitutionnel: si une proposition de modification de la constitution est soutenue par un million de signatures de citoyennes et de citoyens (inscrits sur les listes électorales) réunies en 18 mois, alors cette proposition devra être soumise en votation populaire, la décision du peuple s’imposant aux élus. De plus, toute modification de la Constitution – même voulue par les élus – devra obligatoirement être soumise au référendum.
    Voir http://peupleconstitution.blogspot.com/

    • Je suis bien entendu favorable à cette proposition. Toutefois, il faudrait veiller à ce que cette même initiative puisse exister au sein des différentes collectivités locales.