Quelques semaines après l’épique Avengers Infinity war qui a laissé le public curieux de savoir comment les super-héros vont réussir à battre enfin Thanos, Marvel Studios propose Ant-Man et la Guêpe. Ce film constitue-t-il un film d’attente avant de voir enfin la suite des aventures des personnages du Marvel Cinematic Universe ? Ou au contraire apporte-t-il des éléments permettant d’échafauder à tort ou à raison des pistes pour la suite des événements ?

D’abord, Ant-Man et la Guêpe situe son action après Captain America : Civil war, et avant Avengers Infinity war. Cela peut surprendre de prime abord. En effet, à ma connaissance, cela est rare que la chronologie des événements ne soit pas respecté dans les films du MCU. Mais cela permet d’expliquer pourquoi le héros n’apparait pas dans la kyrielle affrontant Thanos. Aussi, cela surprend d’enchainer un film épique par un film comique.

Suite aux événements survenus dans Captain America Civil war, Scott Lang doit encore rester cloîtré chez lui à San Francisco jusqu’à la fin de son assignation à résidence. En parallèle, il tente de gérer l’entreprise qu’il vient de créer et d’assumer ses responsabilités de père. Sa situation se complique après un étrange rêve très réaliste le mettant en scène dans l’univers subatomique, puis dans le corps d’une femme jouant à cache-cache avec sa fille. Après en avoir fait part au Dr Hank Pym, en fuite pour être complice de Lang et non-respect des accords de Sokovie, ce dernier envoie sa fille Hope van Dyne enlever discrètement Scott. Celui-ci apprend alors que Pym a secrètement construit un tunnel quantique pour retourner dans l’univers subatomique, où s’est fait piéger sa compagne Janet, 30 ans auparavant, en stoppant un missile nucléaire qui menaçait des millions d’Américains. Janet aurait transmis sa position à Scott. Cependant, de nouveaux ennemis convoitent aussi l’invention de Pym, ce qui contraint Scott à remettre son costume d’Ant-Man pour se battre aux côtés de la Guêpe.

Le rythme est soutenu, sans véritable pause dans les péripéties. On saute de l’une à l’autre sans cesse, à la limite de perdre le fil conducteur. Il y a néanmoins quelques lourdeurs où l’effet comique est tiré en longueur perdant de fait sa force. L’assemblage entre film d’action et comédie est bien mené. Néanmoins, il y a peu de scènes d’action, cinq ou six, je crois. Elles sont, pour autant, bien intégrées à l’histoire. Elles alternent aisément avec les séquences de rire ou d’émotions. Le tout est bien accompagné par la musique.

Quant au casting, il paraît assez inégal. Si Paul Rudd, Evangeline Lilly et Michael Douglas campent parfaitement leur rôle. Laurence Fishburne est dans un entre-deux qui semble mal à prendre. Ainsi, Paul Rudd campe un Ant-Man drôle, gaffeur, mais avec des convictions et des valeurs. Evangeline Lilly fait plaisir à voir dans ce rôle mi-scientifique de talent, mi-super héroïne. Michael Douglas est parfait en l’incarnation de Hank Pym. On apprécie la prestation de Michelle Pfeiffer. Et on savoure la découverte qu’est Hannah John-Kamen même si le rôle attribué paraît caricatural.

Le scénario semble banal, mais il est porté par le casting et le rythme de l’action. Parfois, les rebondissements et retournements de situation sont capillotractés. Les héros s’en sortent trop souvent grâce à la même chose. Ces parades contre tous les événements peut à la longue être lassant. Heureusement, quelques événements les empêchent de faire encore appel aux mêmes aides.

Alors, bien entendu, Ant-Man et la Guêpe n’a pas la même force dans les événements du MCU qu’Avengers Infinity war. Il peut être considéré comme un film d’attente. Mais, il faut regarder plus loin ce film car il apporte sinon des idées précises, mais des pistes sérieuses quant à la seule façon de battre Thanos qu’a vu Doctor Strange. Et si les découvertes vues ou évoquées dans Ant-Man et la Guêpe pouvaient faire partie de la solution ?

Il reste qu’Ant-Man et la Guêpe est un film agréable à regarder, avec un scénario simple mais efficace, un rythme quasi-effréné, un casting réussi. Sans être comparé au dernier Avengers, il reproduit une recette Marvel qui fonctionne auprès du public.

Share This