Poursuivre le rassemblement centriste

jean-louis-borlooIl y a quelques jours, le président de l’UDI et du Parti radical, Jean-Louis Borloo annonçait qu’il mettait fin à ses mandats et fonctions. Il explique dans un courrier adressé aux membres du comité exécutif de l’UDI ne plus avoir « toute l’énergie nécessaire pour remplir complètement toutes mes responsabilités ».

J’espère que Jean-Louis Borloo se rétablira rapidement et pourra retrouver la place qui est la sienne. En attendant, il permet aux responsables de l’UDI de poursuivre la mission qu’il s’était donné: rassembler la famille centriste et en faire de nouveau une force politique majeure. Son pari a été réussi par la création de l’UDI puis de l’Alternative qui rassemble UDI et Mouvement Démocrate.

Désormais, il appartient à l’ensemble des militants qu’ils soient de l’UDI ou du Mouvement Démocrate de comprendre que nous avons plus de choses en commun que d’éléments qui nous divisent. Ces divisions ne sont, en fin de compte, que des choix stratégiques qui, avouons-le n’ont pas réussi. A partir du moment où les centristes étaient divisés, ils ne pèsent plus rien, leur voix n’est plus audible.

Ainsi, chaque militant de l’une ou l’autre formation, mais aussi de toute formation proche, doit travailler encore plus que jamais à se rassembler pour porter nos idées et défendre nos valeurs. Face à la montée des extrêmes, et à l’essoufflement des grands partis, notre pays a besoin d’une nouvelle voix.

Jérôme Charré

Publié dans France | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Kokajo : moderne et chaleureux

Kokajo-Aulnay

Ouvert assez récemment, ce n’est que ce week-end que j’ai découvert une nouvelle adresse. Kokajo, c’est son nom, fonde son concept sur le grill à la façon portugaise.

On y trouve ainsi du poulet, du boeuf, du travers, de la morue. Il y en a pour tous les goûts. En tout cas, les plats que j’ai dégusté étaient bons.

Concernant le cadre, celui-ci est moderne et agréable. Le choix des couleurs vert et chocolat est bien adapté. L’agencement est bien conçu. Les clients ne sont pas les uns sur les autres. Aussi, il est fort judicieux que la cuisine soit visible depuis l’extérieur.

Le propriétaire a également quelques bonnes idées à reprendre. Citons par exemple le grill électrique afin de se conformer dès maintenant à la nouvelle réglementation ou la carte rechargeable par les parents pour que leurs enfants puissent déjeuner.

Enfin, on se sent bien au Kokajo. On est très bien accueilli. Le personnel est fort agréable serviable, et sympathique. On a là une adresse qui mérite d’être connu et fréquenté à proximité quasi immédiate du centre-ville.

Jérôme Charré

Publié dans Aulnay-sous-Bois, Bons plans | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Une installation réussie pour Bruno Beschizza

Ce samedi matin, se tenait le premier conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois. Celui-ci a souvent une saveur particulière. En effet, les citoyens viennent nombreux afin de découvrir leur nouvel édile et l’équipe qui l’épaulera.

Alors que les précédents conseils municipaux d’installation avaient lieu à l’Hôtel de ville, celui-ci a été organisé à la salle Pierre Scohy. De nombreux Aulnaysiens, petits, jeunes et moins jeunes, du nord et du sud, sont venus assister à ce cérémonial.

L’ambiance était apaisée, conviviale, avec j’ai trouvé qu’il y avait un bon état d’esprit. On était bien loin des conseils municipaux ordinaires, qui se réduit à une version locale des questions au gouvernement de l’Assemblée nationale.

Bruno Beschizza a été élu maire d’Aulnay, l’opposition, et c’est tout à son honneur, n’ayant pas présenté de candidat. Puis, il a prononcé son premier discours en tant que maire. Il a repris les grandes lignes de sa campagne électorale sur l’urbanisme, l’éducation, la sécurité ou l’économie. Il a notamment demandé de suspendre les projets urbains ne faisant pas l’objet de consensus. Ainsi, le nouveau maire montre sa volonté de ne pas s’opposer à la population et de ne pas la mettre devant le fait accompli. Aussi, j’ai noté que ses propos étaient de nature à rassembler les Aulnaysiens quels qu’ils soient. L’intention est belle mais le chantier difficile. Son discours a été régulièrement applaudi par le public.

Puis, l’ancien maire Gérard Ségura a reconnu sa défaite. Puis, il s’est lancé dans son exercice favori en indiquant des réalisations qu’il s’est attribuées alors qu’elles étaient lancées avant lui: le PRU date de 2004, la gare du Grand Paris dès l’origine du projet, etc. Il a, par la suite, indiqué avoir condamné les attaques envers le nouveau maire, mais sans préciser qu’il a joué sa campagne du second tour sur la peur. Résultat, la salle a vivement réagi à la plupart de ses propos l’interrompant par deux fois. Plus, celui-ci faisait son bilan sans autocritique, plus le public réagissait. Au final, Gérard Ségura a manqué l’occasion de de faire preuve d’humilité et n’a pas encore tiré les leçons de son échec ou ne veut-il pas les voir.

Alors qu’il a été décidé et indiqué par le nouveau maire que les conseillers municipaux pourraient s’exprimer au prochain conseil sur la campagne, le communiste Miguel Hernandez a voulu prendre la parole et a tenté de se poser déjà en victime. Une attitude regrettable quand on a assisté ou visionné les conseils municipaux sous l’ancienne municipalité.

Puis, les conseillers municipaux ont procédé à l’élection des 20 adjoints au maire proposés. Les profils sont à l’image de notre ville, de sa diversité et de ses talents. Je leur souhaite à chacun de prendre à bras le corps leurs sujets et de réussir au service des Aulnaysiens.

A titre personnel, je considère que Bruno Beschizza a réussi ce premier exercice qu’est le conseil municipal d’installation. La volonté exprimée est, à mon sens, la bonne pour notre ville. Désormais, il est temps de se mettre au travail car les attentes de la population sont nombreuses.

Pour ma part, comme je l’ai déjà exprimé, je souhaite la réussite de cette nouvelle équipe municipale, pour Aulnay, pour les services municipaux et pour les Aulnaysiens. Je participerai à mon niveau afin que notre ville se redresse, qu’elle se rassemble, et qu’elle parvienne à surmonter les défis qui s’annoncent.

Jérôme Charré

Publié dans Aulnay-sous-Bois | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

La valse à mi-temps

francois-hollande-entoure-du-nouveau-gouvernement-valls_1741049_800x400

A la veille du discours de politique générale du nouveau Premier ministre, Manuel Valls, et du vote de confiance qui suit, on a le sentiment que nous sommes entrés sur un faux-plat.

En effet, la nomination du ministre le plus populaire à Matignon avait pour effet de redonner de l’élan à un quinquennat qui en fin de compte n’a pas semblé être lancé. Mais, depuis on a assisté à une énième semi-décision de François Hollande. Ainsi, si le nombre de ministres est redevenu raisonnable, on retrouve peu ou prou les mêmes qui composaient le gouvernement précédent. Le second souffle est retombé très vite.

Aux critiques du Front de Gauche, s’ajoutent désormais le retrait stratégique d’Europe-Écologie-Les Verts et la volonté de peser de l’aile gauche du PS. La majorité issue des législatives de 2012 est donc modifiée. Excluant dès le départ le PCF et le Parti de Gauche, elle est désormais réduite au seul Parti socialiste et ses plus dociles vassaux. De là découle une équipe gouvernementale tout en synthèse hollandaise. Il n’est pas certain que l’attelage fonctionne très longtemps. Je crains que ce gouvernement devienne très vite le lieu de marchandages entre courants et ambitions personnelles.

Dès lors, quelle place sera celle de Manuel Valls à la tête de ce gouvernement ? Pourra-t-il mener sa politique dont les propositions avaient dérouté les caciques socialistes ou devra-t-il donner du panache à une politique qui ne s’assume pas ?

Jérôme Charré

Publié dans France | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Situation amoureuse : c’est compliqué

Après avoir participé comme acteur à L’amour, c’est mieux à deux, Manu Payet s’est laissé tenté à la réalisation d’une comédie romantique à la française. Celle-ci a remporté le Grand Prix au festival de l’Alpe d’Huez.

Ici, il campe un trentenaire, Ben. Celui-ci est sur le point d’épouser Juliette. La petite vie tranquille et sans danger de Ben va basculer lorsqu’il retombe sur la personne qu’il a secrètement le plus envie de revoir : Vanessa, la bombe du lycée qui ne l’avait jamais regardé. Elle est de retour à Paris et ne connaît, aujourd’hui, que lui…

Le scénario est des plus classiques avec le retour du premier amour lorsqu’une personne va s’engager pour la vie. Mais, il aurait mérité d’être porté par une réalisation moins brouillonne. Malgré quelques innovations, le rythme est haché. On alterne entre des situations surjouées et des moments insuffisants.

Le film repose essentiellement, et même exclusivement, sur Manu Payet. Et ça se ressent. Il ne semble pas tout à fait à l’aise dans l’exercice de réalisateur et d’acteur. De plus, il semble effacé par rapport aux autres rôles qu’il a joués. La ravissante Anaïs Demoustier et le sympathique Jean-Charles Clichet ne s’imposent pas dans le film. D’ailleurs, peu de scènes ne leur permettent. De leur côté, Philippe Duquesne et Jean-François Cayret en font trop et nuisent au réalisme dont on pourrait attendre. Emmanuelle Chriqui illumine cette comédie et heureusement. Elle permet de rattraper les lacunes du scénario ou de la mise en scène.

Toutefois, les comédiens dégagent un certain capital sympathie qui fait plaisir. Mais, cela ne suffit pas à faire rire. Les séquences émotion sonnent faux, tout comme la promenade dans un Paris.

De ce fait, Situation amoureuse : c’est compliqué rate le coche. Le film n’a rien à voir avec son titre inspiré de Facebook puisque le scénario n’a rien de compliqué. Le casting est réussi mais Manu Payet ne permet à ses comédiens d’exprimer leur talent, entre ceux qui en font trop et ceux qui sont en demi-teinte. Enfin, il manque le grain qui aurait permis à cette comédie d’allier rire et émotion.

Jérôme Charré

Publié dans Cinéma | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire